Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 10:33
7e en fête, Esplanade des Invalides, Paris
Art contemporain & Céramique du 16 au 19 octobre

bol biais rouge et noir

Cliquez pour voir la liste des exposants 

Art Contemporain et Céramique au Village d'Automne, Esplanade des Invalides, Paris 7e – du 16 au 19 ocTobre 2014 (jeudi de 14h à 20h; vendredi 11h-22h, samedi et dimanche 11h-20h

Cliquez pour voir la liste des exposants 

plan village d'automne, esplanade des invalides

Métro : Invalides, Lignes 8 et 13
RER: Invalides, Ligne C
Bus: Lignes 28, 63, 69, 83, 93

bol fleurs gravées

bol à la feuille de tremble

détail bol fleurs

Vous me trouverez sur le stand C6 où vous pourrez en prime découvrir les peintures et photobricolages de C. Agathe Durand, une vieille amie des Arts déco :

peinture marine (photobidouillage)

Je vous épargne ici ses flashies rose tyrien… mais je crains le pire quand elle m'écrit : « Ça t'apprendra à inviter une punk ! Pour ton annonce blog, je te fais confiance (vas-y démonte-moi !!!) » …aïe, aïe, pitié !

... passées
Exposition de Céramiques Contemporaines du 25 octobre au 4 novembre 2013 de 15h à 19h : Gisèle Buthod-Garçon, Philippe Dubuc, Christina Guwang, Agathe Larpent, Marie-Laure Lévitan, Daniela Schlagenhauf bol herbes, noir sur blanc

En survolant l'image, vous pourrez voir le bol en entier

bol paysage, arbres, noir sur blanc

Et cliquez sur celui-ci pour voir d'autres bols de l'expo

Pardon à ses concepteurs, j'ai dû un peu adapter l'affiche à l'environnement mais sur leur site ils ont bien trouvé moyen de saucissonner mon bol - alors on est quittes Pour voir l'affiche originale cliquez sur l'image, et pour le site sur le titre   
Pour mieux lire les passages en noir, mettez la souris dessus !

Porcelaines

En apéro d'Argilla 2009, quelques bols du dernier four

bol porcelaine grain de riz bol porcelaine champs bol porcelaine herbes

Et voici ce que ça donne quand je m'énerve un peu :

bol porcelaine fleurs bol porcelaine fleurs

Pour afficher la suite, cliquez ici

Bol porcelaine, St Sulpice 2008

bol porcelaine

<<  Bols 2008-2009 Bols 2009  >>

Journées Européennes des Métiers d'Art
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 02:36

annoté par mes soins  –  cliquez ici pour lire les notes cacher les notes

Des bols envoûtants

Mais quelle est donc cette sorcière dont les bols ont le pouvoir de faire pleurer d'émotion ? euhhhh ... Intrusion dans l'atelier de Christina Guwang, à la poursuite du fragile processus de création qui en­gendre déceptions ou miracles...
TEXTE DE MARIE-AMAL BIZALION,  PHOTOS DE GILLES LEIMDORFER

Merci à Marie-Amal et à la revue des Ateliers d'Art de m'avoir consa­cré cet article ! Réputée un poil tatillonne, je n'ai pu y jeter un œil avant sa parution. Cachées pour ne pas nuire au texte original, j'ajoute donc ici mes précisions en espérant que la rédaction ne m'en tiendra pas rigueur :)


Ce soir, Christina va défourner. Depuis l'aube, elle entrouvre son vieux four à gaz d'un doigt, de deux, d'une main, de peur qu'un choc thermique ne fasse sauter l'engobe. Après dix-huit heures de cuisson, quand d'autres abrè­gent l'épreuve du feu en huit heures, Christina trouve encore l'énergie de porter une énorme bassine d'eau à Nougat, son cheval à robe Appaloosa, de ren­trer ses poules, de sauver un frelon englué dans un verre d'orangeade. l'énergie… entre-temps il y a quand-même eu trois jours de refroidisse­ment ! Une canicule rare s'est abattue sur la Vienne, mais la frêle céramiste serre son gilet contre son corps glacé qu'elle oublie trop souvent de reposer.

Il lui faut réussir ce four, c'est vital : la semaine prochaine, elle expose à Aubagne où se tient la 10e biennale d'Argilla, grand rendez-vous des arts de la terre. D'autant que, cette année, l'un de ses bols est élu pour illustrer l'affiche. Comme pour les célèbres Journées de la céramique de la place Saint-Sulpice à Paris ou le Festival de la céramique d'Anduze, elle arrivera sur place la veille, passera la nuit (trente heures à St Sulpice…) à peaufiner ses accrochages, à jouer des transparences et de la lumière, bref, à rendre fous les organisateurs. (ils sont trèèès patients !) « Ce sont mes gènes boches qui ressortent, je m'acharne pour atteindre la perfectionje m'acharne pour atteindre la perfection, (je ne supporte pas l'échec). » Les gênes boches, oui, ça rend un peu tatillon, mais je ne pré­tends pas à la perfection, ça n'existe pas, c'est relatif à chacun… on essaie juste de faire du mieux qu'on peut, à un moment donné. Je veux simplement faire quelque chose qui me plaise, et ne serait-ce qu'à ce moment-là…
Quant à ne pas supporter l'échec, ce n'est pas en soi que je ne l'encaisse pas, mais ce sont ses conséquences : faire moche n'étant guère encoura­geant, cela m'entraîne dans une spirale infernale… et à moins d'un chouette accident qui m'ouvre de nouvelles perspectives, il est difficile d'en ressortir !

portrait à atelier

Merci à Gilles Leimdorfer pour ce portrait, et avec ma pomme il a bien du mérite ! (sauf que le téléphone dans la poche fait bizarre… et le bouton sur le pif, je l'ai gommé…)

Née en 1961 à Mannheim de parents allemands, Christina fait ses premiers pas en Guinée, arrive à huit ans au Mali, passe son adolescence à Madagas­car. À dix-huit ans, elle intègre les Arts décoratifs de Nice, puis ceux de Strasbourg dont elle sort diplômée en 1985. Déjà les mains dans la terre, elle y invente son langage : un fol enchevêtrement de signes cunéiformes (je les appelle « curviformes ») correspondant aux vingt-six lettres de notre alphabet. Aujourd'hui encore, il lui arrive de graver des poèmes aussi beaux que simples sur ses « cailloux » de grès poli, laissant aux curieux le soin de les décrypter, aux amoureux celui de les caresser. Ils jalonnent un parcours d'une rare pugnacité, ins­crivant dans l'espace-temps une rage de vivre qui déplace les montagnes.

Car elle en a rencontré, des montagnes sur son chemin. Santé fragile, apprentissages douloureux, isolement, inquiétude d'un milieu peu enclin à « la bohème ». Elle a ravalé sa fierté tournant dans l'ombre de célèbres potiers, a exécuté et décoré des pièces au millimètre pour Suzy Atkins pendant dix ans. Oulalaa, c'est bien dramatique ! Non, chuis pas Cendrillon
Je pense qu'il y a quelques raccourcis… …à rallonger – et vous verrez que les montagnes, en l'occurrence, seraient plutôt celles du Plat Pays… :)

— Santé : non, pas fragile … peut-être un peu fatiguée quand je ne dors pas assez… — apprentissages douloureux : non, juste un peu laborieux pour le tournage — ravalé sa fierté etc… NON, on n'a pas bien dû se comprendre, pardon :
D'avoir été chez Jacky Coville fut au contraire une belle chance et je ne le remercierai jamais assez de m'avoir appris à anser (il en est le maître incontesté) … et il est aussi le père de Martial (mon ex-époux) qui m'a appris à tourner…
De même, Suzy Atkins m'a beaucoup apporté : l'engobe et le décor – et la série est une bonne école – et j'ai découvert le grès de La Borne et ainsi le plaisir de tourner ! Et, last but not least, Suzy et son mari m'ont fait confiance – très vite j'ai pu m'installer ici, tout en tournant pour eux, ce qui m'a permis de mettre au point mon propre travail sans que ce ne soit galère.

Donc merci à eux tous, mais aussi à Brigitte Pénicaud et Claude Varlan qui m'ont souvent pistonné apporté leur soutien… et de tout cœur à ma fa­mille qui m'a tant aidé – alors même que mon père n'ait pas toujours été très heu­reux de mes choix (la vidéo et la "Comm" avaient bien plus d'avenir que la poterie…) – Merci !
Un jour vint le coup de foudre * pour le Limousin (le Centre plutôt), ses collines alanguies, ce bocage aux haies porteuses de vie bourdonnante. Et ce long corps de ferme, son atelier, son écurie, son refuge. (* pour la maison avant tout)

L'heure approche, la porte du four va enfin s'ouvrir grand, mettant un terme aux semaines d'insomnies, de doutes, de crises. Depuis quelques instants, le téléphone sonne sans interruption ; un ami s'enquiert de son moral, une fanatique'fan' annonce sa venue, un commissaire d'exposition (c'est un ami) tâte le terrain. Bon moral ou trente-sixième dessous ? Il est encore trop tôt, la porte entre­bâillée n'a pour l'instant livré que des coups de sang – « Merde, mes rouges sont blancs ! » (finalement ils étaient bien rouges, sauvée !) – et quelques espoirs.

19h30. Christina rassemble ses fiches et son plan de four : cent dix bouts de papier numérotés, autant de bols scrupuleusement annotés, étape par étape. Tout y est consigné : le moindre accident, le nombre de biscuits (en général deux passages à 1000° avant l'ultime cuisson, à 1312° précisément) (douze ?? ~ 1310° au pyro, 1320° ou plus dans le bas, la montre à 1300° est bien fondue) et le croquis détaillé d'enfournement, un casse-tête qui a pris douze heures. Certains bols méritent d'être léchés par la flamme, d'autres doivent s'en écarter. Ceux émaillés émaillés engobés de rouge requièrent une attention extrême tant cette couleur capricieuse peut virer pour un degré de tropun degré de trop. quelques degrés en moins et le rouge restera beige – pire encore pour les blancs, où les places sont comptées car ils ne seront bien blancs qu'au dernier étage et avec un peu de chance ! En principe, en quatre heures le four sera vidé. En principe... Car il faut encore dégager le bric-à-brac qui encombre les quatre tables du long atelier en terre battue coiffé d'un baldaquin de toiles d'araignées. Autour du poêle-tonneau en fonteen fonte en acier, sur les étagères et les fauteuils avachisles fauteuils avachis le transat, s'empilent des centainesdes centaines !! une trentaine… (tu ne serais pas un peu de Marseille ??) :) (hi, hi, elle l'est !) de boîtes de cigarillos (proprement empilées en un petit tas sur la caisse à bois en attendant l'hiver et le feu), des bassines pleines d'eau, de grosses bûches de chêne avec de jolies écritures de vers (euh… d'insectes), un fatras géant de tamis, pots et seaux de plastique, bols au rebut, vêtements, pinceaux, crayons, chiffons... Sur une planchette miraculeu­sement épargnée par le chaos trônent les petites œuvres de ses nièces. Au fond, le tabouret africain sur lequel Christina décore ses pièces, les coudes calés entreentre :) sur ses cuisses. (Et juste le gauche, celui qui tient le bol)

Et pour ce qui est du bor... bazar, c'est bien cela qui me peine… en fait j'ai toujours travaillé dans un atelier bien rangé, si, si !! Petit à petit, depuis que je travaille pour moi, je me suis laissée déborder (« j'ai pas l'temps ») et jusqu'à présent le courage me manquait pour en venir à bout… Mais avec l'aide (et l'insistance surtout !) de mes amis cela va se faire l'éte prochain !!

Son tour de potier, lui, a intégré cet hiver la salle à manger, tant il a fait froid ici. Un tour monté par son père, massif comme un bahut - il n'en faut pas moins pour résister à la pression énorme que les mains fines et musclées de la tourneuse hors pair infligent au grès de La Borne (euh…). Dure comme du bois, étirée à la limite de la rupture, la terre reste d'une solidité sans faille et d'une finesse incomparable. Contrairement aux autres potiers, Chris­tina n'a guère besoin de tournasser pour rectifier le galbe – parfait – de ses pièces. « Les gens ne voient pas le centième de ce que j'ai fait. Je peux m’achar­ner sur un bol pendant trois jours. » Non, c'est un raccourci, je ne "m'acharne" pas sur un bol trois jours durant (et certainement pas au tournage), mais un décor multicolore en réserves successives à la cire peut s'étaler sur trois jours pour une question de séchages intermédiaires.
Ou alors en ce sens que je peux quelquefois passer des heures sur un décor, pour finir par l'effacer et recommencer le lendemain… et si ça ne va toujours pas, ça peut effectivement prendre trois jours !

tas de bols boules à l'enversZébrés, striés ou à damiers, les bols de Christina Guwang relèvent d'une savante alchimie, entre rigueur germanique et exquise fantaisie

Cliquez donc sur l'image pour voir d'autres bols de 2009 !

Un équilibre précaire

20h30. Christina écarte enfin la tenture de laine bariolée qui sépare le four de l'atelier, soulagée. A priori pas de casse ; les blancs sont purs, les noirs d'ébène, les rouges restent cachés par les autres. Mais bien vite la sanction tombe : « Celui-là semble danser, il paraît un peu trop précieux, je n’aime pas son air sournoisje n’aime pas son air sournois. » précieux, oui – sournois, je ne vois pas d'où ça sort…

Le soleil est couché depuis longtemps. Christina soupèse, retourne, écoute chaque bol, le critique d'un ton rauque, enrage pour un détail invisible, tente de relire ses fiches de son propre aveu illisibles, s'excuse en un rire flûté(flûté ?). De ce long monologue on retiendra qu'elle polit chaque pièce à cru pour rentrer les grains de chamotte (au moment du tournassage, extérieur et intérieur) sans en perdre l'aspect pierreux, qu'elle procède souvent par trempage dans l'engobe (que je polis aussi) avant d'y peler stries, volutes ou damiers pour retrouver le grès nu, biscuite et recommence, trace aussi des réserves à la cire, ajoute à la poire des picots d'émail (gouttes ou traînées … d'engobe…), mixe parfois tout ça. Que la longue épreuve du décor la met « au bord du suicide » (cet été seulement, quand rien ne me réussissait – mais comme ce n'est pas mon genre, c'est une façon de parler…). Qu'elle se concentre désormais sur trois couleurs et une seule forme, passe un temps fou à poncer sur cuit pour adoucir la lèvre d'un bol – pas seulement la lèvre, intérieur et extérieur aussi.

Ils ont pour nom Calebasse, Oursin, Zèbre... Sautant du coq à l'âne, elle raconte la femme architecte qui s'effondre en larmes en découvrant ses pièces (archéologue peut-être, et cela m'a seulement été rapporté – devant moi, ils se tiennent bien…), l'homme ignorant tout des arts oh non, tout le contraire ! (le fait est qu'il n'était nullement collectionneur et depuis il en a plein, mais que de moi !) qui lui prend six bols d'un coup (à 150 € pièce) et comme elle se fiche de l'argent, se contentant de 5 000 € par an pour vivre (pas de besoins – et sur­tout pas de télé ! – ça donne la liberté de faire des pièces uniques qui prennent du temps !). Les uns lui prêtent des influences éthiopiennes, les autres une incursion dans le néolithique, le cabalistique (là, j'avoue, j'ai sorti le dico)« Moi qui ne sais même pas d'où me viennent ces motifs *… Un squelette d'oursin offert par ma mère, le chaos des calanques de Piana ? » (* en fait faut pas chercher, des points et des lignes, c'est pas bien sorcier, y en a partout !)

Soudain, une voix de toute petite fille s'esclaffe : « Le miracle, le bol par­fait ! » ça devait plutôt être une grosse voix, et du genre : « ah, ça l'fait ! » – et surtout, je l'ai déjà dit, parfait n'existe pas chez moi, c'est tout relatif… Il est là, sous ses yeux émerveillés. Quelques larmes blanches sur fond d'ébène, rien de plus. Ce petit miracle qui ne lui est arrivé que quatre ou cinq foisquatre ou cinq fois deux, trois fois, qui la tient en haleine depuis des années, pour lequel elle est prête à oublier l'angoisse du four vide. Dehors, le soleil darde ses premiers rayons.

bols sur l'autoDe la réalisation
à la mise en scène de l'exposition, Christina peaufine chaque détail
De la réalisation
à la mise en scène de l'exposition, Christina peaufine chaque détail

Rebuts sur le capot
de la Passat… (et je ne
dis pas merci pour la pub)

Là, c'est un coup vache… d'accord, la vue est origina­le, mais valait-elle de me faire autant de peine ? Et d'y avoir associé cette légende en ajoute à mon désarroi… Des bols ingrats que j'avais justement bannis de l'atelier !! (Vous voyez là ce que ça donne quand les blancs ne le sont pas !)

 

Aparté pour novices : pour les sourires :) et autres clins d'œil ;) il suffit de pencher la tête sur la gauche… j'ai mis un an avant de m'en apercevoir et donc de savoir les lire !!! :D

cliquez ici pour lire les notes

cacher les notes

Merci à Marie-Amal et à la revue des Ateliers d'Art de m'avoir consa­cré cet article ! Réputée un poil tatillonne, je n'ai pu y jeter un œil avant sa paru­tion. J'ai donc ajouté ici ces quelques précisions (cachées pour ne pas nuire au texte original), en espérant que la rédaction n'en prendra pas ombrage :)

Je suis reconnaissante à Marie-Amal de m'avoir proposée aux Ateliers d'Art pour ce portrait et je lui demande pardon d'avoir ainsi charcuté son texte… Celui-ci n'est pas en cause, elle l'a écrit avec sincérité et les raccourcis ou images d'Épinal sont sûrement inévitables : on n'est peut-être pas tou­jours assez explicite pendant l'entretien, d'autant que celui-ci a été le fruit d'une nuit blanche passée à défourner (elle a été bien courageuse !) …
Je pense qu'une relecture commune avant la rédaction définitive aurait pu per­mettre de revoir certaines inter­prétations que je réfute ici, et je mettrais donc en cause l'absence (faute de moyens ?) d'une telle concer­tation – c'est un prin­cipe qui nous met ainsi sans recours devant le fait accompli…
De même pour le choix des ima­ges, là c'est la catastrophe : à la parution je découvre avec stupeur une photo de mes pièces ratées (légendée bizarrement qui plus est) pour illustrer mon travail – ça fait mal ! Alors pardonnez-moi si cela était ingrat, mais j'avais besoin de m'exprimer… à défaut donc ici pour dix pelés et trois tondus …euh… pour vous, mes chers et fidèles visiteurs. :)

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2000 5 15 /09 /septembre /2000 06:39
Infos  diverses
... parce qu'il n'y a pas d'étrangers sur cette terre
La Cimade

Depuis plus de soixante ans, la Cimade accompagne et défend les migrants et les demandeurs d’asile, en France et à l’international.

Le site de la Cimade  et sa  lettre d'information mensuelle

Le monde selon Monsanto

Dossier complet sur le blog arte de Marie-Monique Robin
Le documentaire est disponible (contre pécule) sur Arte Vod


Complément d'info envoyé par Moon :

Pour tous ceux qui n'ont pas vu le documentaire sur ARTE, voici un site à parcourir en détail : Combat Monsanto

L'émission « Terre à Terre » de Ruth Stégassy sur France Culture (15.3.08) était consacrée à ce sujet.

Pour que ce monde ne soit ni le nôtre, ni celui de nos enfants...
merci pour eux
Moon



Envoyé par Didi depuis la Louisiane :

Voilà ce que l'on obtient si on veut regarder la vidéo de Monsanto...

"Désolé, vous devez résider en Allemagne, France, Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, La Réunion, Polynésie Française, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna, Mayotte, Nouvelle-Calédonie ou Territoires Français du Sud pour voir cette vidéo"

Bon évidemment c'est peut-être pour des raisons de financement de la chaine ARTE mais on peut aussi penser qu'ils ont peur des procès qui les menacent dans des pays comme les USA...

***

Et voilà ce qu'on peut lire sur Arte Vod : Territoires disponibles : MONDE ENTIER SAUF ETATS-UNIS, CANADA - Droits institutionnels

Sauvons France Musique

Le départ de Thierry Beauvert, le directeur de la station, et son remplacement éventuel par une personne venant d’une station commerciale du Groupe LVMH ont fait réagir les auditeurs et une pétition a été mise en ligne.

Les auditeurs sont attachés à la spécificité de France Musique, chaîne publique offrant musiques variées et vrais programmes au contenu culturel fort. Faisant partie du SERVICE PUBLIC de la radiodiffusion, Radio France, la station ne doit pas être soumise à l’audimat. Ils demandent à la direction de Radio France de lui donner les moyens de poursuivre sa mission.
Pour se constituer en interlocuteurs des pouvoirs publics sur le sort de leur station, est créée l’« Association des Auditeurs de France Musique », c/o Boniface, 3 quai de Conti, 75006 Paris.

Projet de loi OGM

Seconde lecture de la loi OGM à l'Assemblée Nationale
deuxième quinzaine de mai 2008.

Édit : c'est du passé... mais je vous le laisse pour les liens

Nous vous invitons à interpeller les députés de votre région
avant le vote du projet de loi en seconde lecture.

Un député mayennais UMP qui s'est abstenu à l'issue de la 1ère lecture à l'Assemblée Nationale nous a fait savoir que la seconde lecture sur le projet de loi sur les OGM effectuée par les Sénateurs ne lui convenant pas (il n'y retrouve pas l'esprit du Grenelle de l'Environnement), qu'il votera probablement non lors de son passage en seconde lecture.
La loi OGM n'a été votée en 1ère lecture à l'Assemblée nationale qu'avec seulement 21 voix de majorité. Donc lorsqu'elle reviendra en seconde lecture vers le 15 mai, il suffit qu'une poignée de députés UMP qui se sont abstenus à l'issue de la 1ère lecture, votent non et que les 15 députés PS qui n'ont pas pris part au vote, votent également non - cela pourrait donc suffire à faire basculer le scrutin pour que cette loi soit rejetée.

Pour mettre le maximum de chances de notre côté pour que cette loi soit rejetée à l'Assemblée nationale, à nous de cibler les députés UMP qui se sont abstenus et les 15 députés PS qui n'ont pas pris part au vote pour les convaincre de voter non. A chacun d'agir selon les moyens appropriés.

N'hésitez pas à diffuser à votre carnet d'adresses, sur vos blogs, forums etc... car chaque voix peut compter dans cette bataille.

Alain Uguen



Comment agir ?

Par courrier électronique :

1- Copiez le texte ci-dessous entre les ###
2- Cliquez ici (e-mail) et collez le texte
3- Signez-le : prénom, nom, adresse, ville
4- Rajoutez l'objet de votre choix :
droit de consommer et produire sans OGM

Vérifiez que les 2 adresses apparaissent bien et rajoutez les adresses des députés de votre département que vous trouverez ICI
Si vous voulez connaître la position de ceux-ci, vous pouvez la trouver (cliquez sur votre département sur la carte)

5- Envoyez le message

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au Président de l'Assemblée Nationale et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action.

###

Prénom, Nom :
Profession :
Adresse :
code postal Localité :

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale

copie aux membres de l'Assemblée Nationale de ma région

Madame la députée, Monsieur le Député

Attachés aux AOC et labels de qualité qui font la renommée de la France, comme à la protection de l'agriculture conventionnelle et biologique ainsi que des espaces naturels remarquables, nous considérons que l'avenir de ce patrimoine national serait irrémédiablement menacé par les disséminations d'OGM.

Nous serons vigilants sur votre vote en seconde lecture car nous ne voulons pas que les OGM rejoignent la liste des grands scandales sanitaires (sang contaminé, vache folle, amiante...).
Nous vous demandons de déposer un amendement précisant que le texte de projet de loi sera soumis aux citoyens par référendum.

Veuillez croire, Madame la Députée, Monsieur le Député, en notre détermination à poursuivre le combat.

###



La coordination des associations nationales et des collectifs régionaux appelle à un rassemblement massif le Mardi 13 mai à 15h00 à Paris pour encercler l’Assemblée Nationale par une chaîne humaine qui protégerait les députés de la contamination du vote du Sénat.
Un picnic aurait lieu à 13h00 au Jardin des Tuileries.



Opération OGM : « Votons avec notre caddie »

Avec notre pouvoir d'achat, c'est NOUS qui commandons !
Pour voir la liste fuschia des produits sans OGM : Vivre Sans OGM

Et si on fermait tous nos comptes Yahoo-l@-honte !
YAHOO...

Une info trouvée ici : L'attitude de Yahoo en Chine

Yahoo! Chine a bien publié, sur une home page, les photos d'un certain nombre de manifestants tibétains recherchés par la police chinoise. (lire aussi l'article de Vincent Jauvert sur nouvelobs.com)

Yahoo en République Démocratique de Chine Populaire, ce sont : des internautes emprisonnés après leur dénonciation par Yahoo et une longue pratique de collaboration répressive (lire sur RSF)

Et si on fermait tous nos comptes Yahoo-l@-honte ?

Et eux l'ont fait :

Suite à l'attitude de Yahoo en Chine, « La Maison de la Plage »
ferme son compte et change d'adresse.

Extrait d'un article de Sébastien Fontenelle du 28 février 2008

« Regarde Mes Deux Amis » sur son blog « AJT », Vive Le Feu !


...Ce matin, le Réseau Education Sans Frontières (RESF) a signalé qu'un enfant congolais de 16 mois était - prends sur toi : "Incarcéré à la gendarmerie de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, avec sa maman placée en garde à vue cette nuit pour avoir refusé de quitter la cellule de la prison administrative pour enfants et adultes étrangers (CRA) de Rennes"... "Voilà 17 jours", précise le RESF, "que l'enfant de 16 mois est en prison, qu'il maigrit, qu'il est trimballé de cellule en commissariat, en gendarmerie et en tribunaux"...

Comme ils disent, au RESF : "C'est sans doute ce que le président de la République appelle sa politique de civilisation"...

Ô rage...

Écoutez un extrait du répondeur de l'émission « Là-bas si j'y suis »
de Daniel Mermet, du 24 janvier 2008 sur France Inter :
le message de Charles à propos de Me. Koulibaly...
chair de poule garantie... Merci à Charles et à vous qui l'écouterez.

D'autres messages sur ma Playlist

Et le reste de l'émission vaut le coup aussi, ainsi que celle du vendredi 25 janvier 2008 (en semaine à 15h sur France Inter)

Spécial copinage
allez au théâtre cherche son public Sévane Sybesma

C'est une petite dont j'ai vu le premier spectacle, concocté en un week-end pour les potiers à Bussière-Badil (...en fait c'était pour se moquer de nous) Elle devait alors avoir dans les neuf ou dix ans, et je m'en souviens bien c'était époustouflant ! Depuis elle a grandi et du théâtre en a fait son métier


Le Premier Spectacle de la Compagnie

« Les Acharné(e)s »


Chambres
  • Loreleï Daize
  • Diana Fontannaz
  • Sévane Sybesma

Mise en scène
Louis-Charles Finger


***


Pour visiter son site cliquez ici
(elle est très belle, mais chuut...)

 
Partager cet article
Repost0